11 Les structures de soins du Pôle Réhabilitation.

Le service des sports du CH Edouard Toulouse et l’association Sportez-vous bien.

agrandir la police dimimuer la police imprimer la page

Le service des Sports du CH E.Toulouse et l’association « Sportez-vous-bien ! »

Le Service des Sports fonctionne depuis 1993, il s’adresse à l’ensemble des patients adultes suivis par le C.H E.Toulouse, que ce soit sur une structure d’hospitalisation temps plein ou sur toutes les structures alternatives de nos secteurs. C’est un service qui enregistre chaque année près de 2000 prises en charge, toute activité confondue.

Le contexte réglementaire évoluant, l’article 93 de la Loi du 4 mars 2002, va nous permettre d’organiser ce service sous forme associative également et ce afin de lui donner une autre dimension.

Pour se faire, il a été proposé de réactiver notre association sportive dans le cadre de l’article 93.

- Buts et organisation :
Cette association a pour but de promouvoir l’aspect thérapeutique des activités sportives et culturelles vis à vis de la Santé Mentale et de s’ouvrir au travail d’intégration et de socialisation par son implication directe dans le champs social et par la participation éventuelle à l’organisation et la gestion de structures ou d’organismes poursuivant les mêmes buts.

Le sport utilisé comme médiation thérapeutique, permet entre autres de valoriser :

- La communication et les rencontres individuelles et collectives, en favorisant la relation, l’échange et l’ouverture à l’autre et aux autres. La pratique des sports initie à la vie en groupe et développe l’esprit communautaire.

- La mobilisation corporelle : Le corps en mouvement, coordonné et discipliné tout en respectant la spontanéité et la créativité individuelle, constitue l’essentiel de l’activité sportive. Une pratique régulière d’un sport peut favoriser la maturation du schéma corporel, lutter contre le morcellement psychotique et amender des tendances apragmatiques.

- La compétition : Bien que n’étant pas toujours essentielle à l’exercice d’un sport, elle a souvent une fonction motivante non négligeable. Elle suppose la reconnaissance de la différence, contribue à la maîtrise des pulsions agressives, suscite le dépassement de soi-même tout en renforçant parfois l’estime de soi. Mais la situation de compétition n’est pas toujours compatible d’emblée avec certaines pathologies mentales…
Les activités ludiques : Le plaisir du jeu fait partie intégrante de la pratique sportive en favorisant, spontanéité, créativité et initiatives.

- La socialisation : Pour certains patients, depuis longtemps hospitalisés ou désocialisés, le sport est l’occasion d’une ouverture sur le champ social susceptible d’augurer d’un dépassement du statut de malade mental

sportez-vous-bien.org

Haut de page